Eau, Electricité, Gaz : pourquoi change-t-on nos compteurs ?

By on 27/02/2016

Dans le cadre de la transition énergétique, les distributeurs d’eau, d’électricité et de gaz s’équipent de compteurs communicants de nouvelle génération, qui permettre de réduire la facture, d’éviter les déplacements de techniciens pour la maintenance ou la relève, et réduisent les émissions.

Energies vertes, production durable, maintien des écosystèmes et des services naturels de la planète, etc. Le mot d’ordre de la consommation au 21ème siècle est bien « optimiser ». Les hommes étant de plus en plus conscients des limites des ressources de notre planète, des efforts colossaux sont entrepris pour mieux comprendre et orienter notre consommation.

A cette fin, le 1er décembre dernier, ERDF lançait à l’échelle nationale « Linky », son compteur électrique communicant. Dans le même temps, GRDF a décidé de lui aussi passer le cap du compteur nouvelle génération avec « Gazpar ». La télé-relève arrive également chez les fournisseurs d’eau, avec notamment le déploiement de nouveaux compteurs d’eau communicants sur tout le territoire de la Ville de Lyon. Cette initiative pourrait rapidement être élargie à d’autres régions de France.

La télé-relève des données de consommation évite des déplacements d’ingénieurs dans les foyers (et donc des émissions de gaz à effet de serre, mais aussi des coûts de déplacement). La pleine transparence de ces données a aussi ses effets positifs. Pour les compteurs d’eau par exemple, Pierre Yves Senghor, directeur marketing de m2ocity note « une baisse moyenne de la consommation d’eau de l’ordre de 15 % ». Ce nouveau matériel gratuit, et sans renouveau de contrat, permet à chaque abonné de suivre en continu et en temps réel sa consommation sur internet, et de mieux comprendre les réalités économiques de son quotidien. En Australie, une étude sur l’impact des compteurs électriques communicants a prouvé qu’une économie de 10 % avait été réalisée chez les utilisateurs. De plus, pour la distribution d’eau, les fuites, sont détectées plus rapidement grâce à un suivi d’écoulement au niveau du compteur. Rappelons qu’en moyenne, les réseaux urbains gaspillent environ 20 % de l’eau qu’ils distribuent à cause de fuites.

Un autre enjeu essentiel de la transition énergétique est la préservation de la santé des usagers. Là aussi, cette nouvelle génération de compteurs (Linky, Gazpar, et les compteurs AMR pour l’eau) représente une avancée, puisqu’ils ne s’appuient pas sur un réseau wifi ou 4G pour transmettre leurs informations. Ces dernières transitent directement via le circuit électrique classique grâce à la technologie des courants porteurs en ligne (CPL). Les informations sont ainsi superposées au signal du courant électrique. Une technologie déjà utilisée par les particuliers souhaitant agrandir leur réseau WiFi ou utilisant des babyphones nouvelle génération.

Réguler nos consommations quotidiennes relève aujourd’hui du geste citoyen. L’impact de nos productions d’énergie sur l’environnement est tous les jours un peu plus visibles, et l’eau potable sera bientôt une ressource rare. Environ la moitié de la population mondiale devrait subir des limites dans son accès à l’eau potable d’ici 2030. Les réseaux communicants relèvent donc d’une évolution de nos modes de vie qui sera fondamentale pour mettre un terme à la fuite en avant qu’est l’actuel partage et distribution des ressources planétaires. En permettant une meilleure compréhension de nos modes de consommation par leur monitoring dans le détail, ces nouveaux réseaux permettront de faire ressortir les domaines affectés par les mauvaises habitudes, le gaspillage, les carences, les inefficacités et optimiser à la fois l’offre et la demande. Les compteurs « communicants » présentent en parallèle un certain nombre d’avantages pour les utilisateurs.

About La Rédaction

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *