Un cru 2016 compliqué pour le vin de Bordeaux à l’export

By on 17/03/2017
Vins, Bordeaux, Europe, Asie, Etats-Unis

Malgré une nette domination sur leur marché domestique, les vins de Bordeaux ont perdu du terrain en Europe. Une chute enrayée toutefois grâce aux Etats-Unis et à la Chine.

 

Une année export en demi-teinte pour les crus bordelais, c’est le moins que l’on puisse dire car la baisse des ventes a été de -3% sur une année tous marchés exports compris et de -16% rien que sur l’Europe.

Une dégringolade inquiétante pour ce qui représente l’un des fleurons du commerce français. Si dans l’Hexagone, les vins de Bordeaux continuent de s’accaparer plus de 50% des parts de marché, l’histoire n’est plus du tout la même en Espagne, en Belgique, en Allemagne, en Angleterre et sur les autres marchés européens comme en Norvège et Suède entre autre.

La principale explication tient à la forte concurrence existante, surtout depuis que le Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB) a décidé de recentrer son offre sur une gamme de prix allant de 5 à 15€. « Sur certains marchés européens, nous sommes très concurrencés par les vins espagnols, qui ciblent l’entrée de gamme avec du vrac et de la mise en bouteille sur place. Nous ne pouvons pas rivaliser » selon les propos d’Alain Sichel, le président du CIVB.

L’année 2016 a même été la pire pour Bordeaux avec des ventes en Europe qui n’ont jamais été aussi médiocres pour seulement 462 millions d’euros de chiffre d’affaires, un niveau historiquement bas.

Autre point négatif, la Responsabilité sociétale des entreprises : « Sur le marché européen, la filière bordelaise pourrait sans doute faire aussi plus d’efforts en matière de RSE C’est très important dans le nord de l’Europe où les gros importateurs y sont de plus en plus sensibles ».

 

L’Asie et les Etats-Unis sauvent Bordeaux à l’expor

Mais tout n’est pas gris pour le rouge de Bordeaux car l’Asie aime de plus en plus les crus bordelais, Chine et Hong-Kong en tête. Ces marchés pèsent désormais pour plus d’un tiers dans la balance export totale.

Aux Etats-Unis, malgré des droits de douanes particulièrement élevés, le Bordeaux continue de remporter la palme des crus étrangers favoris « Nous progressons aussi aux Etats-Unis, le premier marché du monde » selon Alain Sichel. D’ailleurs, les vins de Bordeaux restent de très loin la première appellation française vendue aux USA, avec 36% de parts de marché.

La profession devra toutefois s’attacher à rendre plus lisible son offre qui comporte près de 70 appellations différentes et par ailleurs revoir son approche tarifaire pour retrouver ses parts de marché en Europe.

About La Rédaction

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *