L’Allemagne patine sur la transition énergétique de par son coût exorbitant

By on 06/09/2017
Transition énergétique, Allemagne

Une étude de France Stratégie révèle que la transition énergétique initiée en Allemagne depuis 2011 n’a pas encore les effets escomptés. Elle coûte même très cher aux Allemands. 

En 2011, l’Allemagne débutait son vaste plan de transition énergétique, bien avant les autres pays européens. Un exemple en la matière puisque le pays visait alors non moins de 80% d’ENR dans son bouquet énergétique global à l’horizon 2050. Six ans à peine après le début des opérations, l’Allemagne a vu une explosion des installations solaires et photovoltaïques à tel point qu’elles permettent déjà de générer un tiers de la production générale d’électricité du pays. Mais France Stratégie nuance ces belles premières retombées : « Malgré cette indéniable prouesse technique, l’Allemagne – doublée par l’Asie – n’a pas réussi à créer une industrie leader mondial du solaire photovoltaïque et fait face à une rude concurrence internationale en matière d’éolien ». D’autant qu’en parallèle du lancement de cette nouvelle politique orientée ENR, de nombreuses usines à charbon continuaient de tourner à plein régime. Un paradoxe que la société allemande a bien du mal à accepter. Autre point noir : tout le secteur industriel allemand devait bénéficier des bonnes retombées économiques mais elles sont loin d’être au rendez-vous.

Une transition énergétique qui coûte très cher

Mais ce qui fait réellement grincer des dents dans la société allemande sont les conséquences du plan d’investissement plus que conséquent que suppose la transition énergétique : 25 milliards d’euros par an sur deux décennies. Résultat :   » la transition énergétique est payée au prix fort par les consommateurs, avec un prix de l’électricité qui a plus que doublé pour les particuliers entre 2000 et 2013« .

About La Rédaction

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *