Bruxelles met un avertissement à la France pour son déficit

By on 23/11/2017
Bruxelles, Commission européenne, France

A Bruxelles, la Commission européenne a mis en garde 6 pays de l’UE dont la France en raison de la gestion encore mauvaise de leurs comptes publics.

Mercredi 22 novembre, la Commission européenne a mis en garde six pays membres dont la France en raison de prévisions budgétaires présentant « un risque de non conformité » avec les règles européennes. L’Italie, la Belgique, le Portugal, l’Autriche, la Slovénie et donc la France seraient selon Bruxelles sur le point de s’éloigner des objectifs préalablement fixés. Des objectifs qui prévoient entre autre de faire en sorte que la dette nationale de chaque membre ne dépasse pas la barre des 60% du PIB

Mais la France est encore bien loin du compte avec une dette qui représente pour l’instant 96,9% du PIB. Et selon les prévisions de la Commission, l’année 2018 ne sera pas celle du net redressement pour les comptes français. Bruxelles note ainsi un « écart important » entre d’un côté le budget qui a été présenté et la « trajectoire d’ajustement requise » pour s’aligner sur les objectifs européens d’assainissement des comptes publics.

D’ailleurs, la France – comme l’Espagne – est sous le coup d’une « procédure de déficit excessif » causée par les largesses budgétaires selon Bruxelles. Le pays pourrait alors se voir affliger des sanctions et des amendes. Scénario jugé toutefois impossible car il ne s’est jamais encore joué.

Les efforts attendus par Bruxelles

Le nouveau gouvernement va donc devoir montrer patte blanche à Bruxelles. Et pour cela, les coupes budgétaires devraient s’intensifier afin de présenter deux années durant un déficit public inférieur à 3% du PIB. Bonne nouvelle cependant, la Commission estime que la France est sur une trajectoire de 2,9% de déficit pour les exercices 2017 et 2018.

Mais la Commission doute quelque peu sur ces chiffres et enjoint donc la France à poursuivre voire intensifier ses efforts en la matière. Emmanuel Macron bénéficie pour l’instant d’un capital confiance quasi intact. Le remaniement gouvernemental attendu ses prochaines heures voire ses prochains jours devrait être de nature à rassurer quelque peu la Commission.

About La Rédaction

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *