McDo de Saint-Barthélémy : l’ancien Vice-Président de Mcdonald’s France porte plainte

By on 19/06/2019

Dans le conflit qui mobilise depuis plus d’un an les salariés d’un McDo à Marseille contre le projet de cession de leur établissement, des représentants syndicaux ont interpellé la direction de Mcdonald’s France et pris à partie son Vice-Président de l’époque en diffusant des enregistrements de conversations qui lui seraient attribuées. Ce dernier porte plainte en diffamation. Nous nous sommes procurés la réponse de McDonald’s France aux salariés. L’entreprise parle de «calomnies», de «diffamation» et y défend à nouveau le plan de sauvetage proposé par le franchisé, qui serait la seule solution viable pour l’établissement.

A la suite de la diffusion d’un enregistrement faisant état de « propos discriminatoires » qui auraient été tenus par le Vice-président du groupe, l’avocate de ce dernier nous a annoncé qu’elle avait, en son nom, porté plainte en diffamation.

La rédaction s’est procuré la réponse de Mc Donald’s France à l’interpellation des salariés. L’entreprise y réitère sa position et y déplore l’attitude des opposants « qui cherchent à calomnier en donnant un sens contraire aux actions réelles menées depuis plus d’un an pour tenter de préserver l’emploi et la poursuite d’activité du site ».

La branche française de la chaîne de restauration y dénonce également la diffusion d’enregistrements « dont personne ne connait l’origine, l’authenticité, l’intégrité ou encore la véracité ». Elle s’étonne des méthodes employées par les syndicalistes depuis le début du conflit : «Nous assistons à des diffusions incessantes de contre-vérités, de calomnies, des procédures ubuesques et des menaces permanentes par ces mêmes individus qui refusent de prendre en compte l’intérêt général pour l’ensemble des salariés et la situation économique du restaurant.»

Plan de la dernière chance

Ce conflit qui s’éternise oppose des salariés d’un McDo des quartiers Nord au gérant de l’enseigne, le groupe Sodeba. Depuis que ce dernier a fait part de sa volonté de trouver un repreneur, des salariés sont vent debout contre toutes les initiatives venues de la direction.

Après s’être battus contre un changement d’enseigne, ils contestent désormais le plan de sauvetage présenté le 19 avril dernier. Un plan destiné à conserver la licence et l’emploi de 90% des salariés, sur fond de menaces de fermeture imminentes.

Car le McDo de Saint-Barthélémy connaît depuis plusieurs années de graves difficultés financières. Un diagnostic financier de la société SODEBA – qui exploite cet établissement – réalisé par le cabinet d’audit indépendant Eight advisory, a fait état de « pertes structurelles considérables », évaluées à 3,3 millions d’euros depuis 2009. Sont notamment pointés dans ce rapport le coût anormalement élevé du personnel encadrant au regard des autres restaurants de la chaîne et l’impact sur les comptes d’un conflit qui dure depuis plus d’un an. La direction a déclaré à plusieurs reprises se trouver à la limite de la cessation de paiement.

Pour rétablir l’équilibre des comptes, le projet présenté au printemps prévoit une réorganisation qui passe par le licenciement d’une partie de la Direction, en l’occurrence sept CDI. Depuis l’annonce de ce plan de la dernière chance, les délégués du personnel ont tout fait pour le mettre en échec. Dernièrement, le site d’information Economie Matin évoquait les méthodes musclées des délégués syndicaux Kamel Guemari et Najib Sarahoui (chantages, menaces par sms, agressions physiques etc.).

Les instances françaises de la chaîne de fast-food déplorent cette situation et rappellent leur « attachement à un dialogue social constructif avec les organisations syndicales et les représentants du personnel ». Et de rajouter que « chaque année, les restaurants McDonald’s en France signent des centaines d’accords d’entreprise avec les organisations syndicales représentées dans (leur) restaurants ».

 

 

 

 

About La Rédaction

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.