Made in France et reconversion professionnelle : Louis Vuitton s’engage pour l’emploi

By on 12/09/2019

L’inauguration d’un nouvel atelier dans le Maine-et-Loire a été l’occasion pour la marque de maroquinerie française de mettre en avant sa politique de recrutement.

Le 5 septembre dernier, Louis Vuitton inaugurait son tout nouvel atelier de fabrication à Beaulieu-sur-Layon, petite commune viticole du Maine-et-Loire. Afin de répondre à une demande toujours plus grande de la part de ses clients, la célèbre marque française a mis en place depuis 2011 un plan d’extension de ses capacités de production. Quatre modèles de la marque seront fabriqués dans ces locaux de plus de 6000 m2, qui accueilleront à terme près de 300 salariés. Et ce n’est pas un hasard si par sa présence, la Ministre du Travail Muriel Pénicaud a choisi de faire de cette inauguration un symbole.

Multiplication des recrutements

En effet, alors que le chômage reste la préoccupation première des français, le malletier a mis en place une politique de recrutement ambitieuse. S’appuyant sur la croissance du groupe LVMH, Louis Vuitton a agrandi la plupart de ses ateliers au cours des dernières années, et est désormais passé au niveau supérieur avec l’ouverture de trois ateliers sur les deux dernières années.

Près de 4300 personnes travaillent dans ces 16 fabriques, réparties dans différentes régions. Près de 2000 personnes ont été recrutées sur les deux dernières années, et le groupe prévoit 1500 embauches supplémentaires d’ici 2022.

Louis Vuitton: Un savoir-faire unique

Les louanges et encouragements du ministère du Travail reposent en particulier sur un élément dont Louis Vuitton a su faire une force : la reconversion professionnelle. Afin de conserver les standards de qualité élevés qui font le succès des groupes de luxe français, la marque fondée en 1854 a choisi de maintenir la majorité de ses ateliers en France, mais surtout de miser sur le savoir-faire de ses employés. « Aucune machine ne peut remplacer la main », soulignait le PDG de la maison, Michael Burke lors de l’inauguration.

La transmission du savoir est donc devenue un enjeu majeur pour le groupe qui n’hésite pas à recruter, via des séries de tests, des employés sans expérience préalable dans le secteur. « Il faut trois choses pour être recruté : la dextérité manuelle, la capacité de travailler en équipe, car un sac se fabrique à plusieurs, et celle de la transmission », résumait Michael Burke le 5 septembre dernier.

Moins d’un tiers des candidats sont retenus, et près de la moitié d’entre eux n’a pas d’expérience dans la couture ou la maroquinerie. Au fil du temps, la marque a donc mis en place des programmes de formation pointus, permettant d’assurer une qualité constante de ses produits. En effet, dans la maroquinerie de luxe, la moindre erreur, un faux mouvement ou encore une aiguille piquée au mauvais endroit, peut faire perdre des heures de travail et rendre un produit invendable.

Reconversion professionnelle et formation : le duo gagnant

Formés par ces grandes marques, les artisans français font figure de modèle mondial et animent l’un des secteurs économiques les plus productifs du pays. En se rendant à l’inauguration de l’atelier de Beaulieu-sur-Layon, Muriel Pénicaud montre l’importance économique, mais aussi symbolique, du secteur du luxe.

Enfin, l’exemple des ateliers Louis Vuitton met en avant la réussite des politiques de recrutement fondées sur le diptyque reconversion professionnelle/formation. Alors que 62 % des Français ont déjà envisagé changer de métier, et que la quête de sens devient l’un des premiers critères d’orientation pour les jeunes générations, Louis Vuitton a su s’appuyer sur son image de fleuron de la mode française pour attirer les meilleurs candidats, et leur transmettre un savoir-faire historique. Une stratégie gagnant/gagnant qui permet aujourd’hui à la marque de créer de l’emploi en France, et de continuer à vendre ses produits à travers le monde.

About La Rédaction

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.