Étude SFAM : les Français moins productifs pendant le confinement ?

By on 22/05/2020
SFAM teletravail confinement

Alors que selon une étude SFAM publiée en mars 2020, 32 % des Français estimaient que le télétravail en temps de confinement « nuirait à leur efficacité », en ce premier jour de déconfinement, nombreux sont ceux qui souhaitent retourner au bureau… En raison du rythme effréné auquel ils sont soumis en télétravail.

« On ne s’arrête jamais de bosser, c’est pire qu’avant », confiait ainsi Lara, 25 ans, assistante marketing dans un laboratoire pharmaceutique, au site Marie Claire, fin avril. Lara fait ainsi partie de ces Français confinés qui ont travaillé depuis leur domicile et qui ont constaté que télétravail rimait avec une charge de travail accrue et des horaires allongés.

Une situation qu’ils étaient loin d’imaginer : selon une étude SFAM publiée quelques jours avant le début du confinement, 24 % des Français estimaient ainsi que le télétravail « leur permettrait d’être plus productifs », si bien que « 44 % n’envisageaient pas de changement par rapport à d’habitude alors que 32 % pensaient que le télétravail nuirait à leur efficacité », selon l’étude.

Selon le psychologue du travail et auteur Adrien Chignard, « la frontière entre la vie professionnelle et la vie personnelle n’est plus nette. Le problème, c’est que cela génère une surcharge de travail ». À tel point qu’à quelques jours de la fin du confinement, selon une étude Opinion Way, 44 % des salariés français interrogés se sentaient en situation de « détresse psychologique » et « un quart d’entre eux étaient en risque de dépression ».

Déconfinement rime-t-il avec fin du télétravail ?

Mais alors que certains attendaient la fin du confinement avec impatience pour retourner au bureau, les dernières directives gouvernementales ont quelque peu freiné cet enthousiasme : « c’est très important qu’au maximum possible, ceux qui télétravaillent continuent à le faire parce que ça évite d’être trop nombreux sur le lieu de travail », déclarait ainsi la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, le 4 mai dernier.

Dans les faits, la reprise ou non du travail dans l’entreprise dépend en majeure partie de la volonté des employeurs : « le principe de base, c’est que le salarié est à la disposition de l’entreprise », explique ainsi Sandra Gallissot, ancienne juge aux prud’hommes. « Il n’a donc pas à contester le fait que son employeur lui demande de se présenter au travail tel jour, à telle heure et dans telles circonstances », poursuit-elle.

Bonne nouvelle pour celles et ceux souhaitant retrouver les joies du bureau. Pour autant, certains salariés auraient pris goût au télétravail. En effet, selon un récent sondage Deskeo, 60% des Français « seraient partants pour faire plus de télétravail après le déconfinement ».

Face à ces divergences de points de vue, et en raison de l’obligation légale des employeurs de garantir la sécurité des salariés sur leur lieu de travail, certaines entreprises ont opté pour une reprise du travail en physique sur la base du volontariat. Un moyen de satisfaire tout le monde… du moins pour le moment.

About La Rédaction

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.