Confinement : les villes archivent les témoignages des habitants

By on 29/06/2020
memoire confinement archives - Journal economique

Pour beaucoup d’observateurs, le confinement restera une période historique. De Roubaix à Bordeaux, de nombreuses villes de France archivent des témoignages pour garder la mémoire de cet épisode inédit consécutif à l’épidémie de covid-19

Garder la mémoire du confinement et transmettre à la postérité des images de cet épisode singulier. C’est ce à quoi s’est attachée la Ville de Roubaix sur son blog unoeilsurleconfinement.hubside.fr. Une démarche participative, à laquelle tous les citoyens étaient invités à participer, en partageant les clichés réalisés lors de leurs sorties autorisées. À quoi bon documenter cet épisode ? “Avoir le plaisir d’ouvrir les yeux sur notre temps, sur cette période, sur notre environnement proche” explique Evelyne Gronier-Renaut, membre de la société d’émulation de Roubaix, sur la première page du blog Hubside dont elle est à l’origine. Evelyne organise chaque année un concours photo intitulé Roubaix dans les yeux, mais en raison de l’épidémie, l’édition 2020 n’a pas pu avoir lieu. Qu’à cela ne tienne, elle propose d’ouvrir un blog Hubside qui hébergerait des scènes de vie “vraiment typiques du confinement”. Au total, ce sont plus de 400 clichés qui ont été sélectionnés et qui permettront à la ville d’archiver cette “guerre particulière”.

Bordeaux lance l’opération #memoiredeconfinement

De nombreuses villes documentent la période du confinement. Les Archives de Bordeaux ont ainsi lancé l’opération #memoiredeconfinement qui a pour objectif de recueillir les témoignages des habitants. La métropole souhaite rassembler une collection bariolée de souvenirs, qu’ils soient traduits par des objets, des dessins ou bien des lettres ou encore des vidéos. De quoi permettre aux habitants de partager leur regard singulier sur le confinement afin que les générations futures puissent s’y plonger. Le fonds ainsi constitué par la ville sera conservé par les Archives municipales et accessibles à tous.

Des initiatives similaires se déploient partout en France. Les archives départementales de l’Isère ont elles aussi invité les Isérois à contribuer à la collecte d’un fonds documentaire destiné aux futurs historiens et sociologues. Car il ne fait aucun doute que cette parenthèse marquera l’Histoire de la France et de la planète, estime Hélène Viallet, directrice des archives départementales de l’Isère : “personne en France aujourd’hui ne peut témoigner d’avoir déjà vécu une telle période de confinement, de restriction de liberté d’aller et de venir, une telle période de changement complet d’organisation d’une manière aussi subite”. Pour cette dernière, les témoignages et les objets récoltés sont particulièrement précieux : “c’est la mémoire de l’avenir que nous sommes en train de construire”, souligne-t-elle.

“La connaissance de la vie quotidienne se perd très vite”

Et les citoyens semblent se prêter au jeu de cet effort de mise en mémoire collectif. En Alsace, où un appel à contributions a aussi été lancé dans différentes villes, les premiers dépôts sont arrivés très vite : “Les gens étaient contents et fiers de le faire, de partager leurs émotions en laissant une trace” souligne Guilaine Kientz, responsable des archives de Sélestat.  Alors que la vie a peu à peu repris son cours, les villes se mobilisent pour réunir les derniers souvenirs des populations. “La connaissance de la vie quotidienne se perd très vite”, conclut-elle.

 

About La Rédaction

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.