Mariage : avec ou sans masque, les Français décidés à se dire oui

By on 22/10/2020
mariage covid-19 crise sanitaire

Invités à garder leurs distances, les Français ne semblent pas pour autant renoncer à leurs projets de mariage. Ils sont en effet 10 % à dire que le confinement leur a donné envie de se marier, selon un sondage Hubside.

Plus de deux mois d’enfermement auront été l’occasion pour les Français, en particulier les Millenials, de se questionner sur leur avenir et de prendre leur destin en main. Selon un sondage OpinionWay pour Hubside, ils ont profité de la crise sanitaire pour s’interroger sur les différentes facettes de leur vie : le métier qu’ils exercent, le lieu où ils habitent, leurs habitudes de consommation… Mais aussi, leur vie amoureuse. En effet, pour 10 % des 25-34 ans, le confinement aurait déclenché des envies de mariage. 

Constat pour le moins paradoxal, dans une période a priori loin d’être propices aux noces. Pour l’Assocem, qui fédère les consultants en mariage, l’impact du Covid-19 pour les activités des wedding planners, wedding designers et officiants de cérémonie pourrait être dramatique. « Les pertes peuvent aller de 50 à 95 % du chiffre d’affaires. Elles sont dues aux mariages non réalisés mais aussi aux contrats qui ne rentrent plus ! Le monde s’est arrêté de tourner et le couples qui avaient le projet de se marier en 2021 préfèrent attendre que la situation se stabilise », regrette l’association.

Le gouvernement serre la vis

Il faut dire que les mariages, tout comme les fêtes, les tombolas, les événements associatifs, les anniversaires et les communions restent dans la ligne de mire du gouvernement. Et pour cause. Si les entreprises hors établissements de santé comptent « parmi les types de collectivités les plus représentatifs pour la survenue de clusters (25 %) », Santé publique France estime que 18 % des foyers de contagion du Covid-19 arrivent dans le milieu familial élargi et les événements publics et privés rassemblant de manière temporaire des personnes.

Résultat, le gouvernement serre la vis. Le jeudi 15 octobre, le Premier ministre Jean Castex a même annoncé l’interdiction des fêtes privées dans les lieux recevant du public. Alors que la mesure ne s’appliquait jusqu’à présent que dans les zones en niveau d’alerte maximale, elle concerne aujourd’hui tout le territoire : “Toutes les fêtes privées, comme les mariages ou les soirées étudiantes, qui se tiennent dans des salles des fêtes, dans des salles polyvalentes ou tout autre établissement recevant du public seront interdites” a précisé Jean Castex

Incertitude des prestataires

De quoi décevoir bon nombre de Français, qui ont pour certains déjà reporté à plusieurs reprises leur union. La plupart du temps, les annulations ont un coût financier. Du côté des prestataires, qui ont accueilli les dernières annonces avec beaucoup d’inquiétude, ils ignorent encore s’ils pourront bien organiser les mariages prévus l’année prochaine. 

Alors, les Français devront-ils définitivement renoncer à se dire oui cette année ? Pas si sûr. Comme le révèle l’enquête Hubside, de nombreux Français sont prêts à concrétiser les projets nés pendant le confinement. Or, la famille est la principale source d’inspiration pour 41 % des 25-34 ans et 36 % des 18-24 ans. 

About La Rédaction

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.