Arnaud Montebourg s’installe à la vice-présidence d’Habitat

By on 19/03/2015

Il avait juré de rejoindre le privé, c’est désormais chose faite, l’ancien ministre de l’Économie Arnaud Montebourg vient d’être nommé, ce jeudi 19 mars, vice-président du conseil de surveillance de la franchise d’ameublement Habitat, rachetée en 2011 par le français Cafom et actuellement en pleine réorganisation.

Dans son entretien accordé au Monde, Arnaud Montebourg déclare qu’il sera en charge du secteur de l’innovation, ajoutant que la franchise Habitat dispose d’un potentiel exceptionnel. Le choix de la relocalisation dans l’Hexagone de la marque est également pour lui, un argument de poids, cher à ses principes.

Sur le papier, M. Montebourg ne sera pas considéré comme un salarié. Le PDG de Cafcom, Hervé Giaoui précise que l’ancien ministre de l’Économie touchera une indemnité, tout comme ses cinq homologues du conseil de surveillance. Un « engagement enthousiaste » selon le nouveau venu, qui affirme son ambition de continuer de garder son « esprit d’audace » et réussir à le mettre en œuvre dans le privé, après son échec dans le public.

Son arrivée au sein de l’enseigne d’ameublement devrait signer un nouvel élan pour la marque, qui après plusieurs années compliquées, vient de terminer sa réorganisation et sa nouvelle feuille de route, qui vise désormais le marché international pour se développer.

Attractivité retrouvée

D’origine suédoise, la maison du meuble haut de gamme a été fondée en 1964 par l’Anglais Terence Conran, elle est présente en France depuis l’année 1973 et a été rachetée par Cafom en 2011, groupe alors surtout spécialisé dans la distribution d’équipements pour la maison en Outre-Mer.

Depuis 2014, le groupe français Cafom a réduit ses pertes, qui sont passées de -4,9 millions en 2013 à -0,2 million. Le chiffre d’affaires a, quant à lui, augmenté de 3%, à 371 millions d’euros.

La marque Habitat a présenté un chiffre d’affaires de 139,1 millions d’euros pour l’année 2014, soit une croissance de +4%, sans pour autant redevenir bénéficiare. Hervé Giaoui prévoit d’ores et déjà une perte qui pourrait être de l’ordre de 2 millions d’euros en 2015.

Cafcom est toutefois confiant, « la marque a retrouvé son pouvoir d’attractivité et affiche de fortes ambitions à l’heure de fêter ses 50 ans », affirmait le groupe à l’automne dernier.

source

About Pauline Lecat

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *