La RATP transforme ses lieux de transport en espaces de vie

By on 06/03/2015

La RATP, pierre angulaire du Paris de demain ? C’est en tout cas le pari que se lance la Régie autonome des transports parisiens depuis de nombreuses années déjà. Un engagement au service du transport, de l’environnement et du bien vivre en ville, encore renforcé sous la présidence de Pierre Mongin.

« La ligne bleue représente la Seine, mais aussi un visage généreux qui regarde vers l’avenir. » Il y a plus de vingt-cinq ans, l’ancien dirigeant de la RATP Christian Blanc, exprimait en ces mots toute la symbolique du nouveau logo qui ornerait plus tard les rames de métros, RER, autobus et tramways de la capitale. Un discours avant-coureur, propre à la RATP qui, sans se détourner de son objectif premier – assurer l’exploitation des transports en commun de la région Île-de-France – est également un acteur innovant qui replace l’humain et l’environnement au coeur de Paris.

« Un visage généreux qui regarde vers l’avenir »

La RATP est consciente depuis longtemps que les lieux de transport – stations de métro, dépôts de bus, gares RER – sont de véritables extensions de la ville et l’entreprise est pleinement maître de son rôle sur la qualité de vie, comme sur les risques environnementaux liés à son activité. Et cette politique de valorisation de l’espace n’est pas toute jeune.

Cinquante ans en arrière, la RATP construisait des logements pour ses agents via sa filiale HLM Logis-Transports. Désormais, ce sont 7000 personnes qui bénéficient de ces logements sociaux. De la même manière, son autre filiale Promométro, propose aux décideurs publics son savoir-faire relatif à l’aménagement du territoire et son expertise quant aux préoccupations des collectivités sur les questions de développement durable. Pour la RATP, partenaire de « Acteurs du Paris Durable », quatre enjeux environnementaux sont prioritaires : « agir en faveur de la santé des voyageurs et des riverains », « développer l’écomobilité », « atteindre l’exemplarité dans ses pratiques professionnelles », et « économiser de l’énergie et lutter contre le changement climatique » ; cette politique porte bel et bien ses fruits, puisque chaque année la régie des transports économise deux millions de tonnes de carbone en Île-de-France.

Une autre filiale de la RATP se distingue, chargée d’aménagement urbain et de gestion d’espace : la SEDP. Depuis 1990, cette société optimise le patrimoine de la RATP tout en préservant et intégrant l’espace environnant. Un très bel exemple de son travail : la station de bus multifonctionnelle « Osmose », située Gare de Lyon. Un prototype d’abribus du futur qui, voyant défiler 9000 personnes par jour, propose aux riverains ou aux passants, cinq services : des armoires à consignes pour retirer un colis, une borne « centiméo » qui permet de recycler ses pièces cuivrées, l’écoute de musique, le téléchargement de livres, ou encore le partage de photos grâce aux écrans tactiles placés dans l’abribus.

La RATP crée 650 nouveaux logements à Paris

Aujourd’hui la RATP se lance dans un nouveau chantier : le projet immobilier des ateliers Jourdan, Corentin et Issoire avec la modernisation du centre bus RATP et la construction de 650 logements.

Ce programme immobilier prévoit l’installation de 350 logements étudiants, 170 logements sociaux et 90 logements privés, au dessus d’un centre bus agrandi et modernisé. Le tout bâti sur le site d’une ancienne zone industrielle datant du XXème siècle. Les travaux, lancés en début d’année, devraient s’achever en 2017. La RATP tient ainsi à limiter l’étalement urbain par les constructions supplémentaires d’une crèche, halte-garderie, d’un commerce de 200 mètres carrés, de locaux associatifs et de parkings. Du côté des officiels, on se réjouit d’un tel projet. Jean-Louis Missika, adjoint chargé de l’urbanisme et de l’architecture loue « l’idée de mixité fonctionnelle et sociale » du chantier et sa « capacité à crée des immeubles hybrides à vocation à la fois sociale, industrielle et privée. »

D’un montant total de 145 millions d’euros, la ville de Paris, la Préfecture, le Conseil Régional d’Île-de-France, Amallia Action Logement et la Caisse des Dépôts participent à ce vaste chantier. 48 millions d’euros seront nécessaires à la modernisation de ce centre bus. Par ailleurs, dans le cadre du pacte Logement pour Tous, signé entre la RATP et la ville de Paris en décembre dernier, huit sites parisiens de la RATP accueilleront 2000 nouveaux logements d’ici 2024.

A plus courte échéance, la RATP ouvrira également dans moins de deux mois à Lagny-Pyrénées (Paris 20e), un nouveau centre bus accueillant 30 000 m2 de bureaux, ayant notamment vocation à accueillir 1 450 fonctionnaires de police, une crèche et une extension du collège local. Chef du projet, Christophe Lamontre de préciser : « Ici, c’est bien plus qu’un centre de busC’est un véritable morceau de ville, qui allie, de manière assez inédite en France, des activités industrielles à un programme de bureaux et d’équipements publics. » 

About Julie David

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *