Bayer rachète Monsanto pour 59 milliards d’euros

By on 21/09/2016

Le géant mondial de la chimie vient de s’offrir le géant mondial des semences et des pesticides.

59 milliards d’euros. La somme a de quoi donner le tournis mais c’est pourtant bel et bien le montant pharaonique que Bayer va verser aux actionnaires de Monsanto pour écraser le marché mondial des pesticides et des semences en devenant le numéro 1 incontesté.

Un rachat qui intervient après quatre mois de négociations des plus âpres. Car à peine fraîchement arrivé, le nouveau Pdg de Bayer Werner Baumann n’avait pas du tout caché son intention de s’emparer de Monsanto pour étendre son empire.

Une rupture des plus nettes avec la stratégie de l’ancienne direction alors pilotée par Marijn Deckkers. Pour l’ancien big boss du groupe allemand, la bonne orientation consistait à rester positionné sur le cœur de métier du groupe : les médicaments. Désormais, Bayer commercialisera d’un côté la gamme la plus étendue de pesticides sur le marché et de l’autre une gamme large de médicaments dont certains permettront de traiter les effets néfastes des pesticides sur l’homme. Malin pour certains, diabolique pour d’autres.

Un risque pour Bayer

En rachetant les actifs de Monsanto, Bayer s’expose tout de même à quelques risques. Un risque financier car le groupe s’est engagé à verser 2 milliards d’euros de compensation à Monsanto si le rachat tombait finalement à l’eau. Mais également un risque en termes d’images car Monsanto fait partie des multinationales les plus détestées au monde. Son emprise sur les OGM est particulièrement contestée aux quatre coins du Globe et son herbicide ‘star’, le round-up est en voie d’être interdit dans de nombreux pays en raison de ses effets cancérigènes sur les populations.

Bayer a peut-être mis la main sur une affaire bien juteuse mais les réactions les plus vives se font déjà sentir dans la société civile. Le groupe allemand serait ainsi en voie de devenir la nouvelle tête de turc des courants altermondialistes notamment.

About La Rédaction

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *