La France est le 1er investisseur européen des startups early stage

By on 18/12/2018
France, startup, early stage

La France « startup nation » prend forme. Le pays s’adjuge la première place du podium européen en termes d’investissements portant sur les jeunes pousses en phase d’early stage. 

L’écosystème des startups est divisé en plusieurs catégories, à rapprocher de leur stade de développement ou de maturité : les startups en hyper croissance – growth stage -, les scaleups qui sont en phase intermédiaire et les jeunes pousses qui se développent juste, les early stage. Le Web Summit qui s’est tenu en novembre 2018 a justement fait la lumière sur les startups early stage. L’occasion pour trois acteurs de la sphère tech et digital, Stripe, Tech.eu et Techstars, de mener une enquête sur l’état de santé des levées de fonds pour ces jeunes pousses.

Et le résultat est inédit pour la France puisque le pays devient le premier investisseur startup d’Europe. Bien devant le leader historique de l’activité, à savoir le Royaume-Uni.

La France aime les early stages

Il faut dire que l’Hexagone profite à la fois d’une volonté politique du nouveau président qui a maintes fois appelé de ses vœux à voir la naissance d’une startup nation et de l’autre d’un contexte européen désormais dynamique. Le capital total investi par l’activité d’angel investissement a bondi de 36 % entre 2016 et 2017, passant de 14,3 milliards d’euros de levées de fonds à 19 milliards d’euros. Les fonds d’investissements pour startups se sont montrés spécialement attirés par les early stage, avec des investissements trimestriels qui ont été multipliés par quatre en une année à peine, passant de 875 millions d’euros à 3,6 milliards d’euros.

La France qui est à la baguette de près d’un quart (24,04%) du financement total européen de startups early stage bat à patte couture le grand rival du secteur, le Royaume-Uni. Si en termes de montant, la France est sur la deuxième place du podium, elle est en revanche loin devant au niveau du nombre de startups financées avec 1340 early stage contre 1147. Et la dynamique est d’autant plus marquée lorsque l’on se penche sur l’activité des fonds d’investissement pour startup à chaque trimestre : on comptait à peine 35 tours de tables par trimestre avant 2017 et plus de 150 levées de fonds depuis.

Dans ce contexte, les startups de la fintech et de la medtech – finance et médical – réunissent le maximum de fonds. Il faut dire qu’elles présentent un profil idéal entre faibles coûts de fonctionnement d’un côté et forte attractivité de leur offre de l’autre. Monzo, N26, Spendesk et Doctolib sont des pépites frenchies qui performent sur leur marché. A l’arrivée, le medtech et la fintech se sont accaparés plus de 2,3 milliards d’investissement pour l’un et 2 milliards d’euros pour l’autre en une année seulement.

About La Rédaction

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.