Le patron d’Uber propose de créer des emplois et de réduire les émissions de CO2 en Europe

By on 20/01/2015

 

En pleine bataille juridique avec les professionnels du transport de particuliers, Uber ajoute un argument de poids de son côté de la balance, proposant des partenariats aux grandes métropoles européennes qui viseraient la création d’emplois et la réduction de la pollution.

 

La saga Uber continue

 

De passage au salon Digital Life Design de Munich ce week-end, le patron de la start-up Uber, Travis Kalanick, a profité de l’occasion pour envoyer un message fort aux élus des grandes municipalités européennes. L’entrepreneur entend créer 50.000 emplois sur le Vieux Continent, si celui-ci répond favorablement à ses sirènes en lui ouvrant une brèche juridique.

Sa stratégie est toute trouvée. S’appuyant sur les chiffres records du chômage en Europe, Kalanick propose un partenariat « win-win » aux grandes villes d’Europe. Les chiffres parlent en faveur d’Uber, même si l’activité reste à la limite de la légalité, voire illégale dans certains pays européens, la start-up peut se targuer de tout de même faire travailler 3.500 chauffeurs rien que sur Paris.

Pour Kalanick, Uber a aussi un rôle important à jouer en matière de diminution des émissions de CO2 en laissant 400.000 véhicules au garage sur le long terme.

Sans rentrer dans les détails, le jeune entrepreneur a expliqué qu’il exposera son plan en profondeur devant la Commission européenne, il devrait s’y présenter ce jeudi 22 janvier.

En France, UberPop est interdit depuis le 1er janvier 2015 malgré l’accord initial du tribunal de commerce de Paris. En Europe, l’application est également la cible de procès, notamment en Espagne et en Allemagne. Le feuilleton Uber est déjà bien entamé, il se pourrait qu’il se poursuive quelque temps encore.

source

 

About Pauline Lecat

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *