Le Premier ministre veut redonner du pouvoir d’achat aux indépendants

By on 11/09/2017
Indépendants, Edouard Philippe, pouvoir d'achat

Edouard Philippe a récemment dévoilé une série de mesures visant à (re)donner du pouvoir d’achats aux travailleurs indépendants, libéraux et autoentrepreneurs. 

Venant du giron de la droite, Edouard Philippe ne cache pas son appétence libérale. Le Premier ministre s’est ainsi récemment penché sur le cas des travailleurs indépendants. Un peu plus tôt, Emmanuel Macron annonçait la « fin » du RSI. Mais cette fois-ci, le gouvernement entend redonner du pouvoir d’achat à près de 75% des travailleurs indépendants du pays.

Et pour y parvenir, le Premier ministre a annoncé qu’il allait baisser les cotisations sociales pour la totalité des indépendants, quelque soit leur statut. Une compensation à vrai dire de la hausse annoncée de la CSG mais qui devrait tout de même peser positivement dans la balance du reste à vivre des indépendants. Aussi, une exonération dégressive de ces cotisations sera mise en place, pour ceux dont les revenus annuels sont inférieurs à 43 000€, soit pour les 3/4 des indépendants. Un gain de près de 300€ par an sera à la clé pour un indépendant qui gagne l’équivalent d’un smic chaque mois.

Les autoentrepreneurs, travailleurs indépendants concernés également

Autre annonce : la CFE – Cotisation foncière des entreprises – ne sera plus due par les indépendants dont le CA est inférieur à 5 000 euros, une mesure qui toucherait aussi les autoentrepreneurs.

 

Une exonération dégressive viendra s’y ajouter, qui permettra à ceux dont les revenus nets sont inférieurs à 43.000 euros par an, soit 75% des indépendants, de bénéficier d’un gain de pouvoir d’achat. Ce « coup de pouce » visible dès l’été 2018 représentera un montant de 200 millions d’euros.

Concrètement, pour un travailleur indépendant gagnant l’équivalent du smic, il devrait représenter 270 euros par an. A hauteur de deux SMIC, il serait de 550 euros… Dans la même veine, une année ‘blanche’ en cotisations diverses sera la règle pour toutes les personnes qui créeront ou reprendront une entreprise à compter de 2019. Et pour les autoentrepreneurs, ils n’auront pas à payer de cotisations au cours des trois premières années d’activité. Toujours pour les autoentrepreneurs, le plafond de chiffres d’affaires maximal autorisé sera doublé : il passera alors de 33 100€ à 70 000€ pour les services et de 82 200 euros à 170 000€ pour le commerce et ce dès le début de l’année 2018. Toutefois, ces mêmes autoentrepreneurs seront bientôt assujettis au paiement de la TVA à partir d’un seuil de CA, même si celui-ci n’a pas encore été déterminé.

About La Rédaction

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *